Le demake, quand le jeu vidéo se joue du temps

Le demake, quand le jeu vidéo se joue du temps

Le demake, quand le jeu vidéo se joue du temps

Gameuses, gamers, après avoir été familiarisé·es avec une partie du jargon vidéoludique : les remake et autres remasters n’ont plus de secrets pour vous. Pourtant, il reste un terme dont vous n’avez peut-être pas encore entendu parler :  le demake. Tandis que certains attendent un remake de leur jeu favori, des passionnés du jeu vidéo s’attèlent à un exercice totalement inverse… Voici venu le temps des pixels. Laissez-moi vous présenter le demake. 

Demake : Qui peut le plus, peut le moins

Il s’agit d’une pratique qui consiste à prendre des titres de jeux vidéo et les adapter sur un support antérieur à celui sur lequel il est sorti. En bref, adapter un jeu moderne sur une plateforme plus ancienne, en opposition au remake qui adapte un jeu sur une plateforme plus moderne. 

Remonter à l’origine du demake revient à faire un saut de seulement quelques années. Les premières créations du genre apparaissent au milieu des années 2000. Parmi les exemples, on peut notamment citer le Golden Eye adapté sur la Game Boy première du nom en 2007. Le demake adapte des titres particulièrement connus : The Last of Us, Zelda Breath of the Wild ou encore Bioshock Infinite. Le retour vers le passé est réservé aux All Stars du jeu vidéo. 

What BioShock Infinite Would Probably Look Like on the Super Nintendo  Entertainment System - The Flighter

Bioshock Infinite sur Snes

Cette pratique a la sympathie de la communauté videoludique depuis son apparition sur les réseaux. Plusieurs artistes s’emparent de ce procédé pour adapter leurs jeux favoris dans des contextes plus rétro. C’est d’ailleurs l’une des utilisations les plus répandues du demake : le fanart. Il s’agit le plus souvent de créations non jouables qui représentent, en gif, en courte vidéo ou en dessin ; un demake. 

Fan Art Archives - Page 30 of 37 - NintendoSoup

Smash Ultimate sur GameBoy Color

La pratique inverse existe aussi ! Le demake a un côté « blague » qui en fait parfois une pratique particulièrement irrévérencieuse. En effet, le demake peut endosser le rôle de caricature du jeu vidéo. En grimant volontairement les personnages et en maquillant les environnements à grands coups de pixels grisâtres et flous, les créateur.trices se veulent moqueur.euses ou bien sont compris.es comme tel. Iels amusent la galerie à la manière d’un Philippon des temps modernes. D’ailleurs, quel meilleur support pour parodier un jeu vidéo qu’un autre jeu vidéo ? Death Stranding en est un bon exemple. Le titre d’Hideo Kojima misait une partie de sa promesse sur ses visuels léchés, à la moulinette du demake, le monde ouvert perd grandement de sa superbe. 


Voilà donc Death Stranding sur PS1

Faire son demake : une pratique de plus en plus répandue ? 

Pourtant les demake jouables existent. Les lieux privilégiés de création de demake sont les game jam. Récemment, une game jam avec pour thème le 8bit a eu lieu et toutes les œuvres issues de cet événement se sont retrouvées sur Itch.io. De The Binding of Isaac à Metroid Dread, les titres les plus clinquants du monde vidéoludique sont à l’honneur. Les FPS sont également de la partie, le moteur de Doom a permis d’adapter quantité de jeux de tir modernes à la sauce pixel comme Half-Life. 

Néanmoins, ces cas-là se font plus rares. D’ailleurs, si les versions jouables des demake sont courtes, c’est parce qu’elles nécessitent un travail colossal. Il faut refaire presque tout le jeu à zéro avec l’histoire et éventuellement le gameplay. Une connaissance et une maîtrise d’un moteur de jeu tel que Unreal, de Pico ou encore de Unity sont les rares moyens de parvenir à créer ce genre de jeu. Pourtant, dans quelques années, je pense que de plus en plus de demakes verront le jour, d’ailleurs certains n’attendent pas et l’une des plateformes où se développent également les demake est le jeu Dreams sorti en 2020. L’exclusivité de la Playstation 4 permet de créer des jeux sur sa télévision avec sa simple manette ! Sur cet outil de création on trouve : Cyberpunk 1997, The Last of Us 2 ; la ludothèque Dreams a de quoi faire des envieux. 

The Last of Us Part II 'Remade' as PS1 Game - IGN

The Last of Us 2 sur Dreams

Si vous souhaitez jouer à un jeu en particulier en demake, il faudra vous tourner vers les créations non officielles plutôt que vers les éditeurs de jeu vidéo. Ces derniers n’apprécient pas tellement le travail de leurs fans et suppriment le plus souvent ces créations, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle les créateur.trices se réfugient derrière le côté parodique mentionné plus haut. 

L’événement Bloodborne : le voilà le patch 60 fps

La grande majorité des demake ne sont pas jouables et ceux qui le sont n’ont généralement pas de grand retentissement dans le monde : ils sont très courts et limités dans leurs ambitions. Pourtant, une œuvre dont vous avez sans doute déjà entendu parler a vu le jour en 2022 : Bloodborne PSX, le demake de Bloodborne de From Software. 

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

La développeuse Lilith Walther a su mettre suffisamment de contenu, pendant la création du jeu, sur sa chaîne YouTube pour entretenir une certaine hype. Nombreux sont les articles à avoir donné régulièrement des nouvelles du projet. À sa sortie, le jeu était streamé par une pléthore de streamer.euses désireux.euses de se replonger dans les rues malfamées de Yharnam.

Le pari est totalement réussi. Le jeu, parfaitement jouable, ne couvre pas l’intégralité de Bloodborne mais seulement la première grande zone, avec deux boss bien connus des amateurs de From Software : le monstre clérical et le père Gascoigne. L’ambiance est fidèle au jeu original, les lumières, le framerate, le filtre, la musique, tout rappelle cette époque où la Playstation était la reine des consoles de la plupart des foyers. 

Plus qu’un hommage à Bloodborne, c’est un hommage à la ludothèque Playstation qu’a fait Lilith Walther : le menu est le même que celui de Tomb Raider, les déplacements similaires à Nightmare Creatures, même les boites de dialogues ou d’action sont similaires à celles de cette bonne vieille console grise. 

Voici les premières minutes de l’expérience pour se faire une petite idée :

Bref, le titre est un jeu à part entière avec ses règles ainsi que sa propre fin. Il possède une excellente durée de vie pour un demake, amusant et permet de totalement redécouvrir Bloodborne puisque le level design a été modifié pour coller le plus possible à un titre PSX. Il s’agit maintenant de passer par de longs couloirs plutôt que d’avoir un immense open world. Néanmoins, je vous conseille d’avoir joué à Bloobdorne l’original avant de vous plonger dans celui-ci. Au-delà de l’hommage qui en sera d’autant plus appréciable, sans avoir la carte du jeu dans la tête, le demake pourra très facilement vous perdre. 

Bloodborne PSX est réussi, il permet d’autant plus de démocratiser la pratique du demake. Les jeux de From Software se prêtent bien à l’exercice et je suis prêt à parier que les opus Dark Souls vont rapidement fleurir sous cette forme, entraînant peut-être une frénésie du demake d’autant plus contagieuse ? Je l’espère en tout cas. 

Pour le moment, cette sortie exotique permet enfin aux pcistes qui le réclamaient tant d’avoir Bloodborne !


Sources :

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/10/01/demake-quand-les-createurs-deconstruisent-un-jeu-video_5006694_4408996.html 
https://ordiretro.com/demakes-un-pixel-art-resolument-retro/ 
https://www.sird.eu/2021/12/29/bioshock-infinite-snes-demake-montre-un-pixel-parfait-columbia/ 

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee