L'effet des écrans sur les jeunes enfants

L'effet des écrans sur les jeunes enfants

L'effet des écrans sur les jeunes enfants

Malgré son image souvent ternie par les médias, le jeu vidéo peut être bénéfique pour de nombreuses raisons. Il peut permettre de s’entrainer sur sa coordination œil-main à la manière de ces chirurgiens qui jouent une heure par jour à la Wii pour améliorer leur habileté lors d’endoscopies (méthode d'exploration visuelle médicale à l’aide d’une caméra).  Les jeux peuvent également permettre de combattre sa peur à la manière de ce joueur qui arrive désormais à jouer à Fallout 4 sans faire un bond à chaque fois qu’il aperçoit un insecte . Sans compter le fait qu’il peut permettre de se sociabiliser, de mieux connaître nos points forts et points faibles mais aussi de se mesurer compétitivement à d’autres joueurs si on le souhaite. Mais les écrans ont-ils un impact positif sur les jeunes enfants ? Analysons cela ensemble.

 

Les enfants en bas âge (moins de 5 ans) sont curieux et touche-à-tout. Ils découvrent notre monde et apprennent à évoluer dans ce dernier en testant à leur manière. Et c’est pour cela que les activités pour enfants (pâte à modeler, jouets, ballon…) sont très importantes pour le développement d’un enfant. Les meilleures sources de stimulation qu’un enfant peut avoir sont les interactions qu’il a avec son environnement et son entourage. Or, la plupart du temps, les écrans n’offrent que très peu de stimulations pour les enfants de moins de trois ans. La télévision rend le bambin complètement passif tandis que les jeux vidéo ne sont pas adaptés.

                                           
                                                                           Les écrans rendent les enfants passifs.

Aussi, l’utilisation des écrans réduit souvent le temps accordé aux activités physiques et aux activités sociales. Une étude de l’institut de Recherche de Basset Healthcare a prouvé que le temps passé devant la télévision a un lien direct avec les risques d’obésité pour les enfants scolarisés. La sédentarité créée par les écrans entraînerait une motricité (courir, sauter, lancer, tenir) moins développée que les enfants n’ayant pas été exposés à la télévision. De plus, une étude de 2007 de l’Université de Washington  a prouvé que l’exposition des enfants de moins 1 an à des écrans entraînerait une baisse du développement du langage. Cette baisse, couplée au manque d’interaction, créerait alors une diminution de la sociabilité de l’enfant. Il est également plus enclin à avoir des réactions émotionnelles inappropriées causées par le manque d’échanges sociaux. Une étude récente de l’Université d’Alberta a également associé les troubles d’attention en classe au temps quotidien devant des appareils numériques. En effet, l’exposition à un écran créerait un manque de sommeil chez les enfants, ce qui réduirait leur capacité à se concentrer.

 

La Société canadienne de pédiatrie recommande aux parents de ne pas exposer les enfants de moins de 2 ans aux écrans, et de limiter cette exposition à une heure par jour pour 2 à 5 ans ; tandis que le Conseil Supérieur de l’audiovisuel (France) déconseille les écrans avant 3 ans. Il faut néanmoins garder en mémoire que toute exposition doit être contrôlée et surveillée. Le jeune peut être choqué par ce qu’il voit donc les recommandations d’âge pour les jeux et films doivent être vérifiées avec attention. Si possible, il faut privilégier les activités où l’enfant est acteur plutôt que spectateur. Il est d’ailleurs possible de lier éducation et écrans via des jeux éducatifs ou sportifs.

 

Si le bambin est déjà dépendant aux écrans (crises en cas de manque…). Il est toujours possible de remplacer ces derniers par des activités plus saines. Pour cela, il ne faut pas le priver directement de tout écran mais plutôt évoluer sur le long terme. Il est possible de réduire petit à petit son exposition quotidienne en la remplaçant par une activité qui le captivera. Petit à petit il remplacera de lui-même les écrans par son nouveau passe-temps favori. Mais le plus important est que vous montriez l’exemple. Il est difficile de faire comprendre à un enfant pourquoi il doit arrêter les écrans alors que ses parents peuvent en profiter autant qu’ils le souhaitent. Enfin, évitez d’utiliser les écrans pour calmer ses crises d’humeur. L’enfant associera une récompense à ses crises et les multipliera afin d’augmenter son temps d’exposition.

 

Pour un développement sain de l’enfant, privilégiez de nombreuses activités variées et complémentaires. Les écrans peuvent être très nocifs lorsqu’une dépendance se crée mais bénéfiques lorsqu’utilisés correctement.

 


Sources :

Play to Become a Surgeon: Impact of Nintendo WII Training on Laparoscopic Skills, par D. Giannotti et al.

Thegamefanatics.com, Can Games Help You Overcome Your Fear?, par Alvaro Sanchez Velasco

Television viewing and television in bedroom associated with overweight risk among low-income preschool children, par Dennison et al.

Associations between Media Viewing and Language Development in Children Under Age 2 Year, par F.J. Zimmerman et al.

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

Kiremya
Kiremya

Amateur de Rogue-like et de TCG. Fan d'horreur. Les ratons laveurs domineront l'Internet.