Pourquoi je préfère jouer des personnages féminins ?

Pourquoi je préfère jouer des personnages féminins ?

Pourquoi je préfère jouer des personnages féminins ?

Une réflexion m'est venue à l'esprit récemment : « Deux de mes jeux préférés ont une protagoniste, et cela a-t-il joué un rôle sur mon appréciation de ces derniers ? »

Je vous avoue que la réponse est oui, et j'ai essayé de comprendre pourquoi. Qu'est-ce qui différencie le fait d'incarner un personnage féminin par rapport à un personnage masculin ? Quelle conséquence cela a eu sur mon expérience et sur mon ressenti envers le jeu et son personnage principal ? Je ne vous apprends rien en disant que le jeu vidéo est majoritairement composé de protagonistes masculins, notamment pour ce qui est des triples A*. De ce fait, un jeu qui propose d'incarner un personnage féminin va automatiquement sortir du lot, j'ajouterai même, malheureusement. La bonne chose, c'est qu'avec le temps beaucoup d'héroïnes actuelles se sont émancipées de critères stéréotypés, axés entre autres sur la sexualisation et l'adaptation aux « normes » sociétales. Aujourd'hui, un personnage féminin est un personnage à part entière avec une identité propre, et n'est plus un élément marketing ou une fulgurance du travail de création. Du moins je l'espère.

L'idée ici n'est cependant pas de faire un portrait de nombreux personnages féminins, mais simplement de comprendre le ressenti d'un joueur, en l’occurrence moi, vis-à-vis d'expériences où l'on joue ces personnages.

*Triple A (ou AAA) : se dit d’un jeu vidéo qui a demandé beaucoup de moyens de production et des équipes importantes de développement (Ex : GTA V, Cyberpunk2077, Star Wars Jedi: Fallen Order)

S'identifier

Malgré le nombre de jeux où l'on y incarne un personnage masculin, on y observe une certaine récurrence de l'aventurier, de l'homme d'action, du sauveur et du héros charismatique. Et attention à la révélation : tous les hommes ne se reconnaissent pas en ces personnages ! Je ne dis pas que c'est nul d'incarner le bon samaritain charismatique, mais ça lasse... C'est un peu comme si tous les films de cinéma nous mettaient face à des hommes d'actions, des gangsters et des mafieux, et qu'il était ainsi impossible de s'y reconnaître. D'un autre côté, j'ai l'impression que si l'on recherche des expériences plus réelles, où l'on joue un personnage plus ancré dans la réalité et avec des traits de caractère moins fictionnels, les jeux mettant en avant une protagoniste sont plus nombreux.

À croire qu'il faut incarner une femme pour avoir un personnage avec plus de sensibilité, plus de réalisme dans son caractère et ses sentiments, ou bien dans les sujets traités par le jeu : Gris avec le deuil, Spiritfarer avec la bienveillance, Celeste avec l'anxiété et la dépression. De même pour plusieurs des jeux de la série Life is Strange, traitant de l'adolescence et de ces aléas, ou Beyond : Two Souls avec les séquelles de l'enfance et leurs répercussions, ou encore Hellblade: Senua's Sacrifice avec la psychose. Même si ces thèmes ont déjà pu être évoqués dans des jeux mettant en scène un personnage masculin, ce dernier n'est pas traité avec la même sensibilité et l'impression de « finir par mettre ces sujets au second plan » m'a l'air bien présente.


Celeste

S'il fallait citer des jeux avec des personnages masculins non stéréotypés et des thèmes forts de premier plan, je pencherais pour Firewatch qui nous fait incarner un protagoniste en proie à la peur et l'inquiétude, et qui tente de maintenir une relation amicale en parallèle, mais aussi Concrete Genie, qui traite de la solitude et de l'amitié. Deux jeux plutôt indépendants donc.

Alors, d'une part, j'apprécie ces jeux nous faisant jouer des protagonistes féminines, car j’ai l’impression de me reconnaître plus en elles que dans la majorité des personnages masculins. Je ne dis pas que toutes les héroïnes doivent être sensibles et plus ancrées dans des situations de la vie courante. Certaines d'entre elles ont un caractère plus orienté vers l'action, la vengeance, la rédemption, etc. Ces femmes sont d'ailleurs, aujourd'hui, bien mieux écrites et représentées que par le passé. Et ça c’est l’autre part justement. Je prends plaisir à incarner un personnage féminin avec un caractère réel, une construction et une écriture intelligente et cohérente. Certes, Lara Croft a été une sorte de modèle de la femme forte et indépendante, mais c'était également un très bon élément marketing auprès des joueurs...

Aloy (Horizon), Jesse Faden (Control), Nilin (Remember Me), Kena (Kena : Bridge of Spirits), Ellie et Abby (The Last of US Part II) sont quant à elles de parfaits exemples d'héroïnes intelligemment créées. Toutes ces expériences m'ont l'air plus rares, elles ont quelque chose en plus, quelque chose qui change.


Kena : Bridge of Spirits

Je profiterais de cette partie pour évoquer Ubisoft, qui aurait pu faire de Aya, Kassandra et Eivör (femme) les protagonistes de leurs trois derniers opus d'Assassin's Creed. Mais ces dernières se confondent malheureusement au côté de leur alter-ego masculin (notamment pour Kassandra et Eivör), dans une écriture bien trop légère et sans prise de risques. Et bonjour les trailers et jaquettes présentant les héros et non les héroïnes, bien qu'elles soient pourtant canons dans le lore de la franchise. Une peur de prendre des risques, de se mettre à dos une partie de la communauté, de réaliser des ventes en baisse... je ne sais pas, mais mettre une protagoniste dans son jeu et dire : « Vous pouvez aussi jouer homme à la place hein ! », revient à lui retirer toute son importance, et à signifier qu'elle ne peut pas tenir la barre seule, qu'elle n'est pas pleinement assumée. Cela donne lieu à un personnage générique, qui n'a pas d'identité propre. Une chose plus que dispensable face à un tel sujet.

Forger sa personnalité et son indépendance

En plus de pouvoir nous faire jouer un personnage existant, certains jeux vidéo nous permettent de créer notre protagoniste. Dans un premier temps, cela passe par le choix du sexe, du genre (plus récemment), des traits faciaux et corporels, de la voix, du maquillage, de la pilosité et de la coiffure. Puis, vient l'attribution de compétences et des décisions vis-à-vis de choix moraux et caractériels, des paramètres bien souvent liés aux RPG (Role Playing Games). Pendant des années et jusqu'à récemment, je ne créais que des personnages masculins, par automatisme, instinctivement, sans vraiment me demander pourquoi. C'est seulement depuis quelques mois que je n'en ai plus envie, que cet automatisme a disparu au profit d'un sentiment d'engagement. Je me sens encore plus engagé qu'auparavant dans les questions de mixité, de diversité et d'inclusivité. Je me suis rendu compte que je pouvais aussi transmettre ces valeurs à travers la création de mon propre personnage. Afin de ne plus réserver l'exclusivité aux hommes, on a la possibilité d’avoir le choix, alors profitons-en !

De plus, un jeu offrant des notions de choix et de liberté durant l’aventure permet la construction d'une personnalité et d'un caractère unique, moins stéréotypé et plus éloigné des rôles de genre traditionnels et des attentes que l'on peut avoir à l'égard des femmes. La personnalité va se forger à travers de petites décisions prises en jeu, que cela soit en acceptant ou en terminant des quêtes, dans le choix des dialogues, dans les relations que l'on choisit de tisser, ou dans notre comportement dans le jeu et son monde. Tant de choses qui permettent de définir le personnage que l'on incarne, son unicité et son indépendance.

Que notre héroïne soit déjà écrite et créée ou que l'on participe à son écriture et son développement, chaque personne sera touchée à sa manière par les personnages qu'elle incarne. Il est important de s'attarder sur le traitement de ces derniers, et en particulier de ces dernières, dans un média qui a longtemps exposé les femmes sous un angle publicitaire et promotionnel. Prendre le temps de réfléchir à notre relation envers notre protagoniste joue un rôle indispensable dans notre expérience, ainsi que dans les souvenirs que le jeu nous laissera. 


Source : 
https://twitter.com/alsagone/status/1501277424809611272?s=20&t=eF1yTjp7XyGJMKJqgx7_CA

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

Ylonith
Ylonith

Voyageur de mondes virtuels, passé par Midgar, Skellige et les terres d’Azeroth. Admirateur de jeux enchanteurs, et explorateur du multivers vidéoludique.