L'E3 vu par les bénévoles de Game'Her

L'E3 vu par les bénévoles de Game'Her

L'E3 vu par les bénévoles de Game'Her

Début juin sonnait le début d’une semaine intensive de conférence à Los Angeles. En effet, du mardi 11 juin au vendredi 14 juin a eu lieu l’E3, la plus grosse conférence de jeux vidéo. 
Malheureusement, Game’Her n’a pas pu s’y rendre cette année, mais nous avons suivi de près les annonces. Etant donné qu’un nombre de médias incalculable a déjà réalisé des compte rendus sur le sujet, nous souhaitions mettre en avant les avis personnels des bénévoles de Game’Her. 

Un peu d’histoire

Tout d’abord un petit rappel historique de l’E3 me semble quelque peu approprié. L’E3 ou bien l’Electronic Entertainment Expo est le plus grand salon international du jeu vidéo et de loisirs interactifs (réalité virtuelle notamment). C’est en 1995 que le salon a ouvert ses portes au public professionnel et ce n’est pas moins de 40 000 visiteurs qui étaient sur place pour cette première année. Toutefois, l’E3 tel que nous le connaissons aujourd’hui a bien failli ne plus exister. En effet, en 2007, le salon a changé de nom pour devenir l’Electronic Entertainment Expo Media & Business en proposant différents lieux pour chaque exposant (un hôtel de ville pour un exposant, en essayant de les avoir le plus proche possible), tout en gardant un lieu commun à tous pour les conférences. Toutefois après un déclin du nombre de visiteurs (10 000 en 2007) et des menaces de la part des entreprises de ne plus venir à l’E3, le salon retourne à son format d’origine en 2009. Ce n’est toutefois qu’à partir de 2015 que le salon ouvrira ses portes au grand public !

Rediffusion des différentes conférences de l’E3 2019

Si vous souhaitez revoir l’ensemble des conférences des différences éditeurs présents lors de l’E3, nous vous avons fait une petite sélection des conférences officielles sans commentaires ajoutés par dessus. 

Bethesda : https://www.youtube.com/watch?v=DN0Co-wrElU
EA Play : https://www.youtube.com/watch?v=0eeWC_0NrNU
Devolver Digital : https://www.youtube.com/watch?v=yuhj8CjHWuc
Limited Run Games : https://www.youtube.com/watch?v=D4TVxKvnVSE
Ubisoft : https://www.youtube.com/watch?v=oKgTcIecu9A
PC Gaming Show : https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=hru6IvgRSp4
Microsoft : https://www.youtube.com/watch?v=73kSvsQ_kkA
Square Enix : https://www.youtube.com/watch?v=w_Tl8-2ex6g
Nintendo : https://www.youtube.com/watch?v=Zr9eAtwcYlo
Kinda Funny Games Showcase : https://www.youtube.com/watch?v=Ayw3J7sxEkQ

Avis des bénévoles de Game’Her

Et maintenant, place aux avis de nos bénévoles. Bien que nous ne nous soyons pas rendus sur place, nous avons suivi de près ce nouvel E3 et plutôt que de vous faire un article détaillant chaque jeu présenté, nous préférions vous donner un avis plutôt global.

Sony, “Goodbye, Blue Sky” par Ylonith, rédacteur chez Game’Her

C’était assez difficile pour moi d’imaginer un E3 sans Sony. Présent chaque année sur le salon, le studio était cette fois complètement absent, aussi bien au niveau du show que du stand. Depuis maintenant plusieurs éditions, les deux conférences emblématique de l’E3 sont celles de Microsoft et de Sony. Annonces de nouvelles consoles, de nouvelles exclus, de nouveaux triples A, avec le fameux “World Premier”, ces deux shows comportent tous ce qui peut ravir un affamé de jeu vidéo. Eh bien pour cette édition 2019, on a dû dire au revoir au bleu de Sony et se contenter de la couleur verte.

Cette décision de la part de Sony marque peut-être un tournant dans l’avenir des salons de jeux vidéo, vis-à-vis des éditeurs. Depuis 2013, Nintendo a laissé tomber les shows sur scène au profit du Nintendo Direct, son émission d’actualité sur internet, déjà déclinée en plusieurs éditions tout au long de l’année. Microsoft et Sony s’essayent d’ailleurs à l’exercice du streaming depuis plusieurs mois avec Inside Xbox pour l’un et State of Play pour l’autre.

A voir donc, si à l’avenir leur conférence adopteront un autre format. Encore faut-il qu’ils soient présents…

Peu de révélations, mais quelques mentions !

Concernant les jeux, je n’en retiens pas grand chose, c’est bien, on a eu des dates de sorties pour les gros titres. Sur ce point c’est mon porte-monnaie qui ne va pas aimer l’année 2020. Mais il y eu peu de nouvelles annonces concernant ces derniers, j’en retiens principalement Ghostwire Tokyo, Deathloop et Elden Ring. Mention spéciale à Ubisoft pour Roller Champions, qui nous réservera sûrement des bonnes tranches de rigolade lors des prochains événements d’un certain streamer français, marqué du Z. 

Enfin, autre mention spéciale (oui il y en a deux), un gros point positif remarqué depuis quelques années et cette année encore, les productions indépendantes qui se creusent une place de plus en plus importante dans ce salon destiné en premier lieu aux mastodontes. Et ça c’est formidable !

Un E3 2019 quelque peu décevant donc, après tout on ne peut pas être au top chaque année c’est normal. Le rendez-vous est cependant d’ores et déjà pris pour l’édition 2020, qui sera, je l’espère, plus colorée.

Entre contentement et déception par Terebell, graphiste chez Game’Her

Bien que certaines annonces m’aient enchantée, l'E3 m'a un peu déçu cette année, que ce soit en termes de jeux annoncés ou de la manière de le faire.

Une fois n'est pas coutume, j'ai beaucoup apprécié tout ce qui avait attrait aux jeux indépendants : l'annonce de la date de sortie de "Ori and the Will of the Whisps" notamment, que j'attend avec impatience, mais également "Way to the Woods", un jeu dans lequel il semblerait que l'on incarne un cerf qui doit évoluer avec la lumière. L'annonce d'un nouveau jeu LEGO sur l'ensemble des films Star Wars sortis à ce jour m'a également beaucoup plus hypée que d'autres jeux très attendus par la communauté, comme "Cyberpunk 2077", un énième FPS.

Ma déception cette année vient surtout du fait que nous avons été assaillis de trailer, tous plus magnifiques les uns des autres et qu'il y a eu très peu de gameplay, ce qui pour moi est primordial avant l'acquisition d'un jeu. Malgré le peu de gameplay montré, j'ai tout de même été franchement déçue de l'un des jeux qui nous en a montré : "Star Wars : Jedi Fallen Order". La phase de gameplay proposée m'a fait penser à un Tomb Raider ou Uncharted (jeux que j'aime beaucoup), mais il semblait presque trop sage pour un univers dynamique comme Star Wars, les mouvements du personnage semblant presque chorégraphiés.

Malgré ces quelques déceptions, je suivrai toujours l'E3 avec grand intérêt, ça reste un rendez-vous important dans l'année qui promet toujours au moins une petite surprise.

Watch Dogs Legion : La permadeath, bond de géant ou pétard mouillé ? par LuckyiD, rédacteur chez Game’Her

Vraiment agréablement surpris du risque que prend Ubisoft avec Watch Dogs : Legion ! Le virage qu’ils ont entamé paraît totalement logique lorsque l’on reconsidère la saga WD dans son ensemble. On commence l’aventure avec le très solitaire Aiden Pierce, qui commence difficilement à se rapprocher de DedSec, petit groupe de hackers qui sert surtout de support au personnage principal. Dans Watch Dogs 2, on se retrouve plongé dans l’univers de DedSec, avec les différents personnages de l’équipe de San Francisco. Fini la retenu et le flegme d’Aiden et place au dynamisme et à l’excentricité des Marcus Holloway, Sitara et Wrench. Bien que la majorité du jeu se joue avec Marcus, il forme une petite famille avec les autres personnages et est donc très proche d’eux. On aura même la chance de jouer certains d’entre eux au cours de l’histoire. WD 2 avait même introduit le propos de WDL en indiquant le nombre de followers gagnés par l’équipe, un bon moyen de sous-entendre : ils ne sont pas seuls, n’importe qui peut apporter sa pierre à l’édifice. C’est donc assez logique d’ouvrir WDL avec la possibilité de jouer n’importe quel citoyen de Londres, au risque de ne plus pouvoir jouer certains personnages une fois ceux-ci décédés.

Petite retenue cependant, il serait idyllique de penser qu’absolument chaque personnage soit unique. Le jeu fonctionnera sûrement par archétypes de personnages, afin de pouvoir répondre techniquement au cahier des charges. Wait & See !

Jedi : Fallen Order par LuckyiD, rédacteur chez Game’Her

Il est loin le temps du dernier jeu solo Star Wars. Après un Star Wars : Battlefront ressemblant plus à un FPS d’arcade sûr vêtu d’un skin Star Wars et un Star Wars : Battlefront 2 détruit par la critique à cause de ses micro-transactions, il est facile d’avoir peur pour la suite. Mais il y a un “mais”. BF2 a certes assez mal débuté, mais les équipes d’EA sont désormais très à l'écoute de la communauté et ajoutent régulièrement du contenu de qualité, apprécié par les fans. De plus, le studio chargé de Jedi : Fallen Order est Respawn Entertainment. Ce petit studio regroupe la plupart des gens ayant travailler sur les très bons Call Of Duty : Modern Warfare et Modern Warfare 2. Une fois Respawn créé, ils ont lancé la franchise Titanfall dont on retrouve les mécaniques de Parkour dans Apex Legends et dans Jedi : Fallen Order. Autant de choses qui promettent pour le futur jeu. De plus, dans un contexte où les petits projets de Lucasfilm (Rogue One, Rebels) ont l’air de plus plaire que les énormes mastodontes que sont les épisode de la saga Skywalker, on peut s’attendre à vivre une belle histoire dans ce jeu. Les liens avec l’univers créé par Disney semblent présents, notamment avec l’apparition de Saw Guerrera (Clone Wars, Rebels, Rogue One)

@Terebell semblait assez perplexe quant à la chorégraphie un peu trop présente dans les phases de combats, je trouve que c’est là une bonne chose. Les anciens jeu solo où l’on avait l’occasion d’incarner un Jedi (Star Wars : Le Pouvoir de la Force 1 & 2) se résumaient à spammer les attaques aux sabres dans le but de tuer les ennemis. Ici, la mesure et la stratégie sont de mise. De plus, cela permet d’éviter la basique parade statique de l’ennemi qui contre tous les coups qui lui sont donnés. Cela donne aussi un aspect plus réel aux combats, à l’image des chorégraphies des films.

Ah et regardez moi ce petit bout de droïde, j’ai nommé BD-1.

Rayvira, Midlaner Team Game’Her Academy

Concernant Bethesda, je suis assez déçu qu’il n’y ait eu aucune annonce sur le jeu The Elder Scrolls VI alors que le jeu a été présenté lors de l’E3 2018. Je suis toutefois assez content du contenu de Cyberpunk 2077 lors de la conférence xbox sans oublier le petit Keanu. Watch Dogs Legion à l’air cool mais est-ce que c’est pas du réchauffé comme les derniers Assassin’s Creed d’Ubisoft ?

Passé et futur mais peu de présent par NicoNico, rédacteur chez Game’Her

L'E3 est toujours un excellent baromètre pour ce qui est de juger ce sur quoi les éditeurs et constructeurs se concentrent. S'il est évident que le futur du jeu vidéo passera par des services d'abonnement afin de jouer en streaming ou via un cloud, on a pu également noter cette année une tendance à se concentrer sur ce qui a déjà été fait et sur ce qui sera fait d'ici au minimum un an. Et, à côté de ça, très peu sur ce qui arrivera dans un futur immédiat.

Ainsi donc, on a pu voir Bethesda nous dire qu'ils avaient appris de leurs erreurs passées et qu'ils allaient donc rafistoler Fallout 76, un jeu « vieux » de un an.
SquareEnix a annoncé en grandes pompes la sortie... de DLC pour Final Fantasy XIV, sorti en 2013 (dans sa version actuelle A Realm Reborn).
Ubisoft, quant à eux, ont carrément fait la promotion de The Division 2, lui aussi disponible depuis plusieurs mois.
Et EA nous a montré encore plus de contenu pour Battlefield V, Apex Legends et même The Sims 4.
Le tout très entouré par les nombreux portage sur Switch, mobiles et/ou tablettes de jeu déjà existants.
Bethesda, encore eux, nous ont longuement parlé de Elder Scrolls Blades dont l'accès anticipé à débuté en mars de cette année, par exemple, mais on a aussi pu voir l’arrivée de The Witcher 3 ou même… Resident Evil sur Switch !

A côté de tout ça, la grande majorité des autres annonces, aussi alléchantes soient-elles, nous ont surtout été faites à grands coups de trailers en CG et, au mieux, d'une date (c'est le cas du très attendu Cyberpunk 2077), au pire, d'une vague annonce pour une sortie courant 2020.

On sait que le prochain jeu de Hidetaka Miyazaki, celui de Shinji Mikami, le prochain Watch Dogs, le prochain jeu de chez Arkane Studios, etc, arrivent, mais pas avant l'année prochaine et, pour l'instant, rien de concret à se mettre sous la dent ; des trailers CG qui sont plus des proof of concept (une mise en image censée présenter le projet dans les grandes lignes mais qui ne représente pas le produit final) que de véritables présentations concrètes de ce qui nous attend.
Et pour le reste, c'est flou. Tellement flou que SquareEnix, par exemple, ne savent même pas en combien d'épisodes sortira Final Fantasy VII Remake !
2019 est, au final, la grande perdante de cet E3 : peu d'annonces la concerne, peu d'éditeurs et de constructeurs semblent encore s'y intéresser. Les grosses annonces de cette année ont déjà été faites en amont, les précommandes ont déjà été encaissées, il est donc grand temps de préparer les prochaines.

Bon, laissons un instant tomber cet air sérieux, hein, oh là là qu’il est tout tendu ce garçon ! Faut pas déconner, on ne va pas se mentir, je suis quand même saucé par Elden Ring parce que Miyazaki, toujours autant intrigué par Cyberpunk 2077 parce que j’aime le cyberpunk et j’attends d’en voir plus concernant Ghostwire Tokyo parce que c’est Mikami, voilà !

Déceptions et futur achat par Noëlie, rédactrice en chef chez Game'Her

Que dire sur cet E3… Beaucoup d’annonces, peu de gameplay. Mais surtout, aucune annonce d’un nouvel opus sur le jeu Dragon Age. Après le teaser que Bioware a mis en ligne suite aux Games Awards de décembre 2018, je m’attendais dur comme fer à une présentation qui en dirait plus long sur le développement du jeu. Malheureusement j’ai été très déçue, moi qui avait effectivement plein de questions et qui suis une très très grande fan de la saga vous ne pouvez pas imaginer ma déception de ne pas en savoir plus sur le #TheDreadWolfRises. 

Mon autre grosse déception a été Stadia. Je m’attendais vraiment à voir le Netflix du jeu vidéo. Au final, nous nous retrouvons avec un équivalent de Steam mais dans le cloud. Je pense que Google a perdu ici une vraie chance de devenir un des leaders sur le marché du jeu vidéo en “streaming”. Au final on se retrouve avec un service gratuit dans lequel on doit payer nos jeux au prix fort (comme steam) mais aussi un service payant dans lequel on doit quand même payer nos jeux au prix fort. Au final, on économise le prix d’une console et on peut jouer à nos jeux sur tous les supports possibles. Mais malheureusement pas de possibilité d’accéder aux stores des consoles (comme Playstation Store, ou encore Microsoft Store) qui parfois permettent d’obtenir des jeux en réduction. Tout le monde voyait Stadia comme une révolution dans le monde du jeu vidéo, au final ce ne sera qu’une énième plateforme d’achats de jeux dématérialisés.

Pour ce qui est du reste des conférences, j’ai adoré l’annonce de Cyberpunk 2077, Keanu Reeves étant tellement inattendu, en sachant que j’avais vu John Wick 3 la semaine d’avant. J’ai beaucoup aimé l’annonce du jeu, et j’envisage potentiellement de l’acheter. Sinon concernant le reste, la seule chose importante que j’ai retenu est qu’il faut investir dans une switch puisque tous les jeux que ce soit The Witcher 3, Animal Crossing New Horizons, Pokemon Épée et Bouclier, l’ajout des personnages de Dragon Quest dans Super Smash Bros, … seront présents sur Switch. 

Nouveaux horizons pour Céleste, rédacteur chez Game’Her

Nintendo means family (to me). Comme pour beaucoup d’autres amateurs et amatrices de jeux vidéo, mes premières expériences de jeu se sont déroulées sur des consoles Nintendo. J’éprouve ainsi un attachement tout particulier pour cet univers et j’attendais ce Nintendo Direct avec impatience. 

Une stratégie de communication en yaourt

Dans l’ensemble, j’ai trouvé cette présentation un peu guindée en dépit de quelques tentatives d’humour. Le jeu d’acteur de Yoshiaki Koizumi et Doug Bowser était extrêmement rigide et malaisant au point de me provoquer une crise de rire. Les annonces se sont succédées de manière assez chaotique sans que je parvienne à saisir quelle logique elles suivaient. Il s’agissait probablement avant tout de ménager un effet de surprise jusqu’à l’annonce des titres les plus réclamés. Cependant, j’ai eu le sentiment que le rythme saccadé des présentations successives et des teasers dépourvus d’introduction nuisait à la tension dramatique et échouait à galvaniser la communauté des fans. 
Ces considérations superficielles ne m’ont toutefois pas empêché de développer une certaine curiosité pour des titres que je n’attendais pas particulièrement. Le mode co-op avec Gooigi dans Luigi’s Mansion 3 m’a fait sourire et j’imagine déjà le plaisir que je pourrais avoir à jouer avec ma petite soeur et à incarner ce drôle de personnage. J’ai éprouvé une certaine déception après le teaser bâclé de Pokemon Sword and Shield, même si Nintendo Treehouse nous a ensuite offert 21 minutes de gameplay. Les fans de la franchise méritent un peu plus de considération et une communication plus soignée. 
Dans un tout autre registre, concernant des titres moins casual ou s’adressant à un public un peu plus âgé, j’ai été ravi de découvrir le portage de The Witcher 3, Resident Evil, Spyro, Hollow Knight: Silksong, ou encore Dead by Daylight. La nouvelle coupe de cheveux de Zelda et sa prépondérance dans le teaser de la sequel de Breath of the Wild me laisse espérer qu’elle prendra définitivement part à l’aventure. Nous ne sommes malheureusement pas prêts d’avoir une réponse définitive à cet égard…

Animal Crossing: New Horizons - au bord du précipice ?

Après 33 minutes d’attente insoutenables, l’espoir de recevoir des informations sur le prochain Animal Crossing commençait à s’amenuiser. J’ai été très surpris lorsque la voix d’une hôtesse de l’air a enfin prononcé le nom de Nook. Je m’attendais plutôt à ce que Yoshiaki Koizumi et Doug Bowser se mettent à parler en yaourt sous-titré anglais. Une fois l’excitation passée, je dois reconnaître avoir été un peu déçu par l’aspect visuel du jeu. J’attendais une identité graphique plus marquée, proche de ce qui a été proposé dans le teaser de Link’s Awakening

Des doutes...

Les proportions de plus en plus réalistes s’éloignent inéluctablement du chara-design plutôt “chibi” des premiers épisodes pour se rapprocher de ce qu’on pouvait trouver sur Nintendo DS dans MySims en 2007. Ma critique est probablement d’autant plus sévère que je suis un grand fan de la série et que je suis donc très attaché à ce que je considère être l’esprit d’Animal Crossing. Après la déception que j’ai éprouvée à la sortie de Pocket Camp qui, à mon sens, abandonne et trahi complètement l’esprit loufoque de la franchise, j’attends énormément du nouvel épisode.

Un vent frais !

Il y a toutefois de quoi se réjouir de nombreux ajouts apportés à ACNH ! La possibilité de crafter des items et de recevoir des recettes DIY de la part des habitants est plutôt stimulante, sans même parler du mode co-op qui n’a pas fini de nous révéler tous ses secrets. Je craignais un peu que Nintendo fasse un pas en arrière en ne conservant pas la nouvelle fonctionnalité de customisation des avatars qui permet de choisir sa couleur de peau depuis Pocket Camp, et j’ai été rassuré de voir des personnages diversifiés.
Le Discord de la streameuse Julia (aka Acekid) est entré en effervescence après la diffusion du Nintendo Direct et a produit une analyse image par image du teaser. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les huit pages de leur compte-rendu et je tiens à remercier Paj, Vyz et Julia d’avoir accepté de partager leur expertise avec moi. Grâce à elleux, j’ai pu constater que la texture des surfaces, notamment textiles, avait été travaillée pour gagner en relief. Iels ont aussi remarqué que les items s’empilent désormais seuls dans l’inventaire (ce qui n’était pas automatique dans ACNL) et ont émis des hypothèses quant à l’ajout d’une collection de sacs à dos et de sacs en bandoulière qui permettrait d’agrandir l’inventaire qui contient 20 places (au lieu de 16 dans ACNL). Des améliorations bienvenues puisque les ressources pour crafter vont réclamer davantage d’espace de stockage !
La communauté de fans a également relevé la possibilité de tracer des routes proprement (enfin !) au lieu de les dessiner en appliquant des motifs au sol. Cet élément, couplé à une nouvelle fonctionnalité qui nous permet désormais de disposer des meubles en extérieur et sur des demi-cases (comme c’était le cas dans Happy Home Designer), devrait démultiplier les possibilités d’aménagement et de personnalisation. 

Trésors et naufragés

Bien entendu, j’ai été un peu chagriné d’apprendre que la sortie d’Animal Crossing: New Horizons était reportée à mars 2020. Je suis malgré tout satisfait de voir que Nintendo ne cède pas à la culture du crunch et que le bien-être de ses équipes demeure une priorité. Ce que j’aime particulièrement dans Animal Crossing, c’est le souci du détail. C’est pourquoi j’ai été ravi de voir que Nintendo avait poussé la logique de la localisation et de l’inclusivité plus loin en permettant aux joueuses et aux joueurs de choisir l’hémisphère dans laquelle se situe leur île afin que les saisons correspondent davantage à la réalité. C’est ce genre de petite pépite qui fait, selon moi, l’esprit de ce jeu. Enfin, j’aimerais conclure par un hommage à M Resetti qui se retrouve au chômage à cause du système de sauvegarde automatique… Animal Crossing perd une figure emblématique du queer art of failure. 

 

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee