Hellblade Senua’s Sacrifice : La Nouvelle claque de Ninja Theory

Hellblade Senua’s Sacrifice : La Nouvelle claque de Ninja Theory

Hellblade Senua’s Sacrifice : La Nouvelle claque de Ninja Theory

C'est avec Hellblade Senua's Sacrifice que nous revient le studio anglophone Ninja Theory, après Heavenly Sword, Enslaved : Odyssey to the West et Devil May Cry, l'entreprise dévoile leur nouveau bijou. En effet, après avoir travaillé pour plusieurs éditeurs comme Capcom, Bandai Namco, ou encore Sony, c'est dans une aventure solo dans laquelle se jette le studio pour la création de ce tout nouveau jeu "indé" !

Après trois années de travaux et de développement, le studio nous offre une qualité d'expérience digne d'un triple A, sans le budget du triple A. Les développeurs ont su rester créatifs et garder un gameplay agréable et accessible. Ils se sont notamment concentrés sur le développement artistique en matière de musique, de graphisme, d'ambiance et de bruitages.

Et qu'à cela ne tienne, Ninja Theory nous offre une claque visuelle et psychologique des plus... puissantes. Le résultat me laisse sans voix et voici donc ma petite review !

Un background des plus sombres

Pour ce qui est du background, c'est en quête de l'amour perdu que Senua part pour une descente aux enfers (et c'est peu de le dire) à Heilheim qui doit son nom à sa souveraine : Hel. On y retrouve les morts qui n'ont pas péri avec bravoure au combat. La jeune femme a pour objectif de restituer la vie à Dillion, l'être qu'elle aime tant.

Le jeu s'est construit sur la mythologie viking et nous conte les légendes de plusieurs protagonistes assez connus comme Odin, Hel, ou encore Fenrir et j'en passe ! Si vous êtes passionnés ou même juste intéressés par les légendes nordiques, ce jeu est votre allié ! De quoi prendre sa petite dose de culture et d'histoires passionnantes à raconter.

Une immersion très puissante

Hellblade aborde aussi un axe qui a suscité beaucoup de recherches : les maladies mentales. Comme il est écrit avant d'arriver sur le menu principal, ce jeu propose des représentations de la psychose. Des professionnels en psychiatrie ainsi que des personnes ayant déjà fait l'expérience de la psychose ont contribués au développement du jeu. Schizophrénie, hallucinations et même crises d'angoisses, la folie de Senua est magnifiquement interprétée par l'actrice Melina Juergens, très expressive dans le rôle de l'héroïne.

Avertissement Hellblade.png

La défaite de trop ?

Folie, angoisse, et peur ! C'est un cocktail qui rend le jeu anxiogène à souhait et comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi un système de "permadeath" !

En effet, si vous mourrez trop de fois dans Hellblade, vous verrez votre partie s'effacer et ainsi devoir tout recommencer ! Une "malédiction" ou appelez plutôt ça le Dark Rot gagne une partie du corps de Senua à chaque échec jusqu'à gagner sa tête. Si le Dark Rot parvient jusqu'à sa tête, c'est Game Over. Je pense que ça aide à ne pas foncer tête baissée sur l'ennemi comme certaines personnes (n'est-ce pas ?) habituées le ferait. Le permadeath amène à réfléchir sur nos actions et nos réflexes au combat contre les nordiques. Cette fonctionnalité propre à Hellblade, qui a d'ailleurs suscité beaucoup de questionnement, cache également une surprise à découvrir par vous-même, si vous êtes courageux !

Les plus et les moins de Hellblade

Si je devais énumérer quelques petits bémols, je dirais que les actions au combat sont assez répétitives et que quelques murs invisibles empêchent l'exploration totale de certains lieux. Hormis ça, je n'ai rien à ajouter.

Pour ce qui est des points forts, je citerais sans hésiter la bande audio, qui nous immerge complètement dans cet univers froid. Pour une expérience des plus totales, je conseille fortement d’avoir un casque sur les oreilles. C’est à la fois stressant, oppressant, effrayant et pourtant nous arrivons quand même à voyager mentalement, surtout lors des mythes qui nous sont contés.

Hellblade est également impressionnant par ses graphismes, qui sont des plus réalistes. On devine les détails de la motion capture qui ont été très précis lorsque nous voyons le visage de Senua déformé par la folie et l’incompréhension. Et par-dessus tout, j’aime l’apparence et la mentalité qui lui a été donnée. L’héroïne est masculine, téméraire et malgré ses psychoses flippantes nous voulons qu’elle avance, qu’elle touche son but. Et n’oublions pas SON REGARD !

hellblade-playstation-4-ps4-1407873624-003.jpg

En Conclusion

Pour ce qui est de ma conclusion, je trouve que c'est une petite tuerie visuelle, le jeu est magnifique, les graphismes et le décor sont vraiment époustouflants, et c'est une vraie descente aux enfers psychologiques. Il se peut que les psychoses de Senua soient dérangeantes pour certaines personnes sensibles à ce sujet, il faut savoir rester “FOCUS” et parfois ce n’est pas facile. C’est brutal, c’est anxiogène, cauchemardesque et c’est ce qui le rend incroyable. Hellblade nous fait voyager dans les mondes nordiques et la culture viking est très présente. Les légendes racontées sont passionnantes, et j’ai même acheté un livre sur la mythologie viking pour tout savoir à ce sujet ! Ninja Theory a su rendre les mythes nordiques passionnant. Le jeu est disponible sur PS4 et sur PC, pour le prix de 29,99€.

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee