La violence dans le jeu vidéo

La violence dans le jeu vidéo

La violence dans le jeu vidéo

Souvent décrié par les médias comme l’ont été d’autres cultures alternatives dans leur temps, le jeu vidéo est souvent présenté comme étant le catalyseur, voire même la raison principale de tragédies lorsqu’on apprend que le coupable a un lien avec le jeu vidéo. Les clichés ont la vie dure et aujourd’hui nous allons nous pencher sur certains d’entre-eux et tenter de les déconstruire.

 

  • Le jeu vidéo est un grand vecteur de violence et c’est très grave car le joueur participe activement aux actes violents.

 

La violence dans le jeu-vidéo est certes une réalité, mais il faut avoir une vision plus large de ce phénomène. Dans la littérature, le cinéma, les écrits religieux, les séries.. la violence existe et dans notre société, nous y sommes surexposés. Il suffit de regarder les séries diffusées à la télévision et d’autres contenus culturels sur d’autres supports. On pourrait argumenter que ces violences sont moins graves, car finalement nous ne sommes que spectateurs de cette violence et non acteurs. En effet dans le jeu vidéo, le personnage qu’on incarne (appelé avatar) pourrait être considéré comme étant un reflet de nous-même et donc quand l’avatar fait des actions violentes, nous (le joueur) réalisons des actes violents. Selon Julie Delbouille, parler d’identification dans un jeu vidéo serait incomplet car il y a aussi un phénomène de négociation. Le joueur contrôle l’avatar mais l’avatar influence l’expérience de jeu du joueur via les questions morales qu’il apporte, lui ou d’autres personnages, et peut même changer l’expérience de jeu du joueur, comme dans Undertale où, grâce aux dialogues que le joueur a avec les autres personnages du jeu, il peut décider de finir le jeu sans blesser ou tuer aucun personnage.


 

  • La violence dans les jeux rend forcément les joueurs violents.

 

Depuis les années 1990 la question d’un lien de cause à effet entre jeu vidéo et violence est un sujet récurrent dans les médias. Cependant, les médias s’avancent beaucoup sur ce sujet en utilisant des études qui sont aujourd’hui désuètes. Par exemple l’étude publiée dans le Molecular Psychiatry sous la direction de Simone Kühn. Pour expliquer rapidement l’étude, 77 cobayes ont été divisés en trois groupes. Pendant deux mois, l’un d’entre eux jouait à GTA, un autre groupe aux Sims et le troisième ne jouait à aucun jeu. Au cours de ces deux mois, les cobayes ont été évalués sur leur niveau d’agressivité, d’anxiété et leur contrôle d’eux-même. Les scientifiques lors de nombreux tests « n’ont trouvé aucun changement significatif dans aucune des variables observés, et particulièrement pas dans l’évolution du niveau d’agressivité d’aucun des trois groupes. »  D’autres études récentes et recherches vont dans ce sens, relevant du fait qu’il n’existe pas de lien direct entre violence et jeu vidéo comme pourrait dire certains fervents détracteurs. 

 

  • Mon enfant est plus agressif depuis que je lui ai acheté le dernier GTA, comme il le voulait, donc j’ai la preuve que le jeu vidéo rend violent. 

 

C’est un argument qui revient parfois chez les parents inquiets, mais il y a plusieurs choses à dire dessus. Tout d’abord généralement les cas d’agressivité chez les joueurs, surtout dans le cadre de jeu de compétition en ligne comme League of Legends, pour ne citer que lui, relève surtout de l’Agôn. L’agôn est un terme grec utilisé par un essayiste nommé Roger Caillois qui explique qu’il s’agit d’un concept qui renvoie à l’adversité donc à une forme de violence. Ceci étant dit, cette adversité est l’un des plaisir de ce jeu et il y a très souvent des consensus parmi les joueurs pour dire “que ce n’est que le jeu” et que des limites, souvent tacites, ne sont pas dépassées. Dans ce cas les coups de colère que l’on pourrait voir chez les joueurs sont plus de la frustration sur un court laps de temps qui disparaît après un combat, que d’actes de violences envers d’autres personnes. De plus, pour ce qui concerne les jeunes joueurs, il va de soi qu’il ne faut pas les exposer à des contenus qui ne leur sont pas appropriés. Sur les jaquettes des jeux il existe une signalétique (le système PEGI) montrant quels contenus sensibles sont présents dans le jeu. Cela est censé être utile afin de pouvoir proposer aux joueurs, surtout aux plus jeunes, un contenu qui soit adapté à leur âge. Pour finir sur ce point, il faut accentuer sur le fait que malgré l’agressivité que certains joueurs peuvent avoir, le pourcentage de joueurs devenant réellement violent et enclin à la violence est extrêmement faible. Les joueurs basculant dans la violence et le meurtre ont souvent un profil psychologique fragile : psychotique à tendance schizophrénique ou paranoïaque, selon Vanessa Lalo. Le jeu vidéo ne crée pas la pathologie.

 

Au final que dire de la violence et du jeu vidéo ? Qu’elle existe oui, comme dans d’autres domaines artistiques, comme le cinéma, la littérature… Le jeu vidéo étant considéré comme le 10ème art est aussi un reflet de la société. S’il y a de la violence dans le jeu vidéo, c’est parce qu’il y en a dans le monde et ce fait est indéniable. Si le jeu vidéo est attaqué c’est peut-être parce qu’il n’est pas compris par une frange de la population et ceci entraîne de l’hostilité et de la peur. Certaines personnes haut placées ont conscience de ça et utilisent ce coupable tout désigné pour se voiler la face quant à d’autres causes qui peuvent expliquer la violencae physique : par exemple le fait qu’au Etats-Unis il y ait 88.8 armes pour 100 habitants. Bien évidemment il faudra un certain temps pour changer les moeurs et tordre le cou aux préjugés, mais tant qu’il y a une sorte de volonté d’utiliser le jeu vidéo comme bouc-émissaire, comme l’a été le metal auparavant, les clichés auront encore de beau jours devant eux. Pourtant le tableau n’est pas totalement négatif, de plus en plus de médias scientifiques et même politiques s’accordent pour dire que les liens entre tragédies et jeu vidéo ne sont pas forcément aussi forts que l’on pense. On peut espérer dans un futur plus ou moins proche que ces accusations hasardeuses ne seront plus qu’un mauvais souvenir. 

Et vous, que répondriez-vous si on vous disait qu’il y avait un lien entre la violence et le jeu vidéo?

 

 


 

Sources : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/03/21/une-etude-scientifique-conteste-le-lien-entre-violence-et-jeux-video_5274403_4408996.html

http://thema.ulg.ac.be/jeuxvideo/avatar/

https://www.nature.com/articles/s41380-018-0031-7

https://www.revue3emillenaire.com/blog/classification-des-jeux-par-roger-caillois/

https://teleobs.nouvelobs.com/jeux-video/20131126.OBS7006/violence-mensonges-et-jeux-video.html


 

 

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee