Les compétitions féminines, ça donne quoi ?

Les compétitions féminines, ça donne quoi ?

Les compétitions féminines, ça donne quoi ?

Les compétitions féminines sont de plus en plus présentes dans le monde du jeu vidéo ou encore dans le monde automobile. Seulement, où en sommes-nous ?

D’ailleurs, Celeste a écrit un article sur le même thème.

 

Compétition féminine League of Legends

 

Historiquement

Vous ne le savez peut-être pas, mais historiquement, certaines femmes étaient déjà participantes dans les compétitions dites ‘’ masculines ‘’. Aujourd’hui, je vous propose de mettre le monde de l’automobile à l’honneur !

En effet, de nombreuses femmes ont marqué le monde du sport mécanique bien avant que ces dernières n’aient leur propre compétition.

La première a été Camille du Gast à concourir en Panhard-Levassor 20CV en 1901. Et bien d’autres femmes ont prouvé qu’elles avaient leur place au cours des années. Mais, j’aimerais m’attarder sur la française Michèle Mouton qui, aujourd’hui, est à la tête de la commission Women in Motorsport à la FIA, et qui a un palmarès riche et impressionnant : de nombreuses victoires en Rallye, championne de France des critériums en GT série, gagnante de sa catégorie au 24h du Mans, etc. C’est une des seules figures célèbres dans un milieu dit ‘’d’homme‘’ à éblouir les spectateurs.

Côté esport, des années plus tard, c’est Sasha « Scarlett » Hostyn qui a marqué l’histoire du sport électronique. Joueuse professionnelle de Starcraft 2, grande gagnante de la game 3, pour beaucoup, elle est probablement la meilleure joueuse que l’esport n’est jamais connu. Continuant à progresser auprès des meilleurs en Corée du Sud, en 2018, elle accède au IEM Pyeongchang, un tournoi au niveau très élevé. Elle dominera alors l’un des meilleurs joueurs du moment : Kim « sOs » Yoo Jin et deviendra la première femme à remporter un tournoi majeur sur le jeu de stratégie Starcraft. Bien sûr, beaucoup d’autres femmes ont marqué l’histoire de l’esport, la liste est longue.

Il y a bien évidemment d’autres femmes qui ont marqué l’esport ! Je pense par exemple à Li « Liooon » Xiao Meng, la première femme qui a remporté les Hearthstone Grandmasters Global Finals, mais aussi Eefje « Sjokz » Depoortere, journaliste esport pour la scène compétitive League of Legends, et bien d’autres femmes….



 

 

Les avantages

Avoir des compétitions féminines est un gros avantage. Elles offrent une place à ces femmes en compétition, qui peuvent avoir une première expérience dans la scène esportive ou sportive. Cela leur permet de découvrir l’univers compétitif dans un environnement apaisé. Apaisé en effet, car elles se trouvent dans un cadre plus sain, et n’ont pas besoin de ‘’ faire leurs preuves ‘’ ou de prouver qu’elles sont les égales des compétiteurs masculins. Cependant, de nombreuses femmes ont déjà montré qu’elles avaient le niveau des hommes, et pouvaient leur tenir tête, que ce soit au niveau national ou international.

Enfin, les compétitions féminines leurs permettent d’avoir une visibilité importante et de se faire remarquer par les équipes ou les sponsors.

Ces compétitions peuvent également donner lieu à des créations de rôle modèle féminin pour d’autres femmes qui aimeraient se lancer.

 

 

Les inconvénients 

En revanche, il n’y a pas de raison pour que les femmes ne restent qu’entre elles. Comme le dit si bien Michèle Mouton : ‘’ L’objectif n’est pas d’être la meilleure femme, mais le meilleur pilote ‘’ et d’être le meilleur joueur côté esport. Pour cela, il faut que les femmes se challengent contre les hommes.

De plus, soyons honnêtes, l’audience des compétitions féminines, que ce soit dans le milieu du sport ou de l'esport, est pauvre. Donc la visibilité que ces compétitions peuvent leur donner est limitée. De plus, en ne restant qu’entre elles avec des niveaux qui divergent, la progression devient vite limitée.

Par exemple, dans le cas de Jamie Chadwick, pilote pour la W Series, une compétition féminine de monoplace : elle est très forte dans sa catégorie, mais pas assez pour courir en Formule 1. Pour progresser, elle doit se confronter à plus fort qu’elle, sauf qu’elle n’en a pas l’accès. Elle est donc ‘’bloquée‘’ : trop forte pour la W series, mais pas assez pour les catégories au-dessus. Le youtubeur Depielo, explique parfaitement bien ce phénomène, je vous invite à regarder sa vidéo :

 

https://www.youtube.com/watch?v=a0iVVHwT4Ts&ab_channel=Depielo

 

Puis, comme nous l’avons vu dans la première partie de cet article. Les femmes que l'on retient et qui ont marqué l’histoire se sont illustrées dans des compétitions accompagnées d’hommes, des compétitions mixtes.

 

 

Michèle Mouton

 

Pour finir, si ces compétitions composées à 100 % de femmes permettent de donner des ambitions aux prochaines générations, de donner de la visibilité et plein d’autres avantages, cela a ses limites. Ce serait plus impactant pour leur niveau mais aussi en crédibilité, qu’elles soient mélangées avec les hommes. 

 

 


Sources :

https://www.atelierduloft.fr/l-art-de-l-automobile-femmes-pilotes/

https://www.lefigaro.fr/sports/autres-sports/michele-mouton-les-femmes-doivent-se-confronter-aux-hommes-20210816

https://www.tiregom.fr/blog/femmes-pilotes-sport-auto-moto-721.html

https://stuffgaming.fr/les-10-femmes-qui-ont-marque-lesport/

 

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee