Les jeux vidéo adaptés au cinéma

Les jeux vidéo adaptés au cinéma

Les jeux vidéo adaptés au cinéma

Adapter un jeu vidéo en film n’est pas chose facile. Les quelques projets qui sont arrivés à terme ont pour la plupart connu un succès assez mitigé au box-office ainsi que des fans pas forcément comblés. Nous allons essayer de comprendre ensemble ce qui fait qu’une adaptation de jeu vidéo peut être bonne… ou pas. Comme c’est moi qui écris, tout va se faire par le prisme des différentes adaptations de films que je connais, telles que : Assassin’s Creed, Tomb Raider, Prince Of Persia ou encore Need For Speed (oui… ça existe).

Affiches des films Prince Of Persia, Assassin's Creed et Tomb Raider

Les jeux vous guident, les films vous suprennent

La principale différence entre un film et un jeu vidéo réside dans la manière dont se passent les choses à l’écran. En effet, dans les jeux vidéo, vous contrôlez votre personnage et vous le guidez vers les défis et les aventures qui l’attendent. Cela est encore plus vrai dans les RPG, où vous pourrez faire une myriade de choix qui déterminent ce qui se passera dans le futur. Ce faisant, vous vous créez votre personnage au sein de votre aventure. Ce qui semble donc beaucoup aider l’immersion dans un univers, c’est de pouvoir jouer un personnage que l’on apprécie et que l’on veut voir évoluer.

Cependant, là où un film ne vous laisse pas vraiment décider quant au choix de son ou ses personnages, c’est aussi pour pouvoir mieux vous surprendre ! Il peut être plus agréable de se laisser surprendre par les choix d’un personnage plutôt que de faire ses choix selon notre propre jugement. Il est cependant clair que certains choix pourront vous étonner en bien… et d’autres en mal.
 

Les personnages secondaires

De plus, il n’est pas rare de voir apparaître quelques personnages principaux ou secondaires en plus dans un film. Ils permettent à chaque spectateur de s’identifier à son personnage, si celui-ci n’est pas le personnage principal. Expliquons cela avec un court exemple. Récemment est sorti en salle Solo : A Star Wars Story, un film sur la vie d’Han Solo. Malheureusement, Han n’est pas le personnage que j’apprécie le plus dans l’univers Star Wars, mais il est accompagné de Chewbacca, personnage qui figure parmi mes préférés de l’univers. C’est donc grâce au personnage secondaire qu’est Chewbacca que j’ai pu m’investir dans cette aventure.

Han Solo et Chewbacca dans le cockpit du Faucon Millénium

Dans un jeu vidéo, même si vous croisez des personnages que vous appréciez, vous ne jouerez la plupart du temps que le personnage principal de l’histoire, qui doit pouvoir plaire à tout le monde mais qui fera toujours des déçus. James Kidd et Adewale sont des personnages que j’apprécie dans Assassin's Creed 4 : Black Flag mais il n’est jamais possible de les incarner, dommage. Bien que certains jeux permettent de jouer plusieurs personnages, vous ne jouerez finalement qu’avec l’un d’entre eux et n’apprécierez pas incarner les autres. L’exemple le plus connu reste GTA V avec ces 3 personnages jouables, desquels vous ne jouerez qu’avec votre préféré lors des phases d'open world.
 

Un univers vaste à recréer

Ensuite, l’aspect qui risque le plus de nuire à un portage de la console au grand écran reste l’univers lui-même. Dans un jeu vidéo, qui se veut plus long qu’un film, vous passerez beaucoup de temps dans un univers que vous apprendrez à connaître, à côtoyer des personnages ou des groupes de personnages qui ont leur propre personnalité. Ainsi il est très difficile de faire figurer tout ce contenu dans un film d’un peu moins de deux heures qui doit mettre en place une intrigue neuve pour ne pas trop faire écho à ce qu’a vécu le joueur. Ce qui coince la plupart du temps ce sont des personnages qui ne collent pas totalement à ce dont on a été habitué en jouant et qui risquent de nous faire sortir de l’histoire.

De plus, le film doit faire tout cela sans souffrir de trop de longueurs, là où elles passent mieux dans les jeux car elles sont jouées. Si vous ne saisissez pas la nuance, imaginez-vous découvrir toute une région d’Hyrule en fixant un écran sans rien faire. Maintenant imaginez-vous manette en main, à pouvoir vous arrêtez quand vous le souhaitez pour faire ce que vous voulez. On s’ennuie moins quand on choisit quoi faire.
 

Le spectateur n'est pas un joueur

Enfin, un film se doit d’être destiné à un public le plus large possible pour être rentable, un jeu vidéo aussi bien sûr mais dans une moindre mesure. De ce fait, il est exclu de considérer que le spectateur à des bases vis-à-vis de l’univers qu’explore le film, ce qui peut ennuyer les gens qui ont joué des heures durant dans ledit univers. On se sent un peu abandonné en ayant le sentiment que le film ne fait pas partie intégrante de l’univers que l’on a exploré. De même, les gens qui sont à peine introduits à cet univers peuvent manquer de sensibilité afin de pleinement l’apprécier. Par exemple la guerre éternelle entre Assassins et Templiers s’image bien au fil des opus de la saga mais est très dure à rendre crédible sans s’y attarder au sein d’un film de deux heures.

 

Vous l’aurez compris, faire une adaptation de bonne qualité afin de plaire à tout le monde est chose difficile voire presque impossible. Mais ne perdons pas espoir, les studios de jeux vidéo créent des produits de plus en plus beaux et grandioses. Qui sait, peut-être qu'à l'avenir Hollywood se rendra compte que pour faire une bonne adaptation il faut prendre son public en considération et s’armer d’un personnel connaissant le milieu vidéoludique.

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

LuckyiD
LuckyiD

Force Wielder. Animus Enthusiast. Movie Fan. Science Lover.