L'ESPORT ET L'AUTOMOBILE, QUELS LIENS ?

L'ESPORT ET L'AUTOMOBILE, QUELS LIENS ?

L'ESPORT ET L'AUTOMOBILE, QUELS LIENS ?

L’automobile est ma deuxième passion après l’esport, je suis sûre que je ne suis pas la seule ! Ces deux secteurs s’accordent plus qu’on ne le pense… Seulement, quels sont les liens qui les unissent ? 


 

Le simracing

Le simracing regroupe les jeux vidéo de courses automobiles. Certains jeux sont réputés pour bien reproduire le physique et le comportement du véhicule, ainsi que la reproduction parfaite des circuits automobiles (Rfactor 2 ; Assetto Corsa, etc.). 

La technologie fait tellement bien les choses, qu’il est possible de se procurer un setup auto virtuel : le simulateur de conduite automobile.

 

 

Ce simulateur est monté sur deux ou quatre vérins afin que le siège baquet se penche à l’avant, à gauche, à droite et à l’arrière en fonction de votre conduite (vous freinez : vous êtes penché sur l’avant / vous tournez à gauche : vous penchez vers la gauche / etc.). Il est aussi muni d’un pédalier et d’un volant avec palettes pour passer rapidement les vitesses. Sans oublier un ou plusieurs écrans afin d’avoir une vision à 180°. 

Vous l’avez compris, tout est fait pour être immergé dans la course à 100%. 

 

L'immersion est tellement proche du réel, que les coureurs les coureurs automobiles s'entraînent sur ce genre de simulateur afin de se préparer au mieux à leur course. 

La crise sanitaire a même inspiré certains coureurs à se mettre au streaming, afin de rester en contact avec leurs supporters. Charles Leclerc, le pilote Ferrari de Formule 1 (F1), s’est lancé sur Twitch pour diffuser ses courses virtuelles. Dans une interview, il exprime le fait que cette expérience permet aux gens de mieux le connaître, sans les filtres habituels de la F1. Il a aussi pu divertir les gens durant le confinement tout en se divertissant lui-même, et ce, en s’entrainant. Il ajoute aussi “ Je pense que le simracing m'aide à rester concentré sur l'objectif et à me souvenir que je suis ici pour courir, et que j'attends juste d'être de retour dans la voiture. Donc oui, nous avons toujours la compétition à l'esprit quand on fait des courses online et ça nous aide à traverser ces moments étranges. "

 

 

La pandémie a obligé à reporter ou annuler les sept premiers Grand Prix de la saison 2020. Afin de permettre aux courses d’exister quand même, la F1 remplace chaque Grand Prix par une version online, sur jeu vidéo : F1 Esports Virtual Grand Prix Series, sur le jeu F1 2019.

La solution de l’esport a été donc la plus idéale pour la F1. De plus, il fallait prendre en compte que de nombreux pays étaient confinés, donc il aurait été d’autant plus difficile de faire déplacer les pilotes. Le directeur du studio de développement du jeu F1 2019, Frank Sagnier, a déclaré ‘’ Avec des événements sportifs en pause partout sur la planète, il est fantastique que le jeu vidéo officiel de la F1 puisse aider à combler le vide, avec de véritables talents qui s'affronteront en ligne, durant les week-ends de course reportés. Ce sera compétitif, animé et fun pour toutes les personnes impliquées. “

L’esport a pu aider le sport automobile lors d’une pandémie mondiale. Et cette compétition pourrait même perdurer après la crise.

 


 

Les constructeurs investissent dans l’esport

Comme il était prévisible, les constructeurs automobiles investissent dans les jeux de courses automobile (simracing). Au vu de leurs connaissances évidentes, cela leur procure un avantage sur les trajectoires et la physique des véhicules. Seulement, cela reste une stratégie avec ses limites.

Les fans de simracing sont pour la plupart des fans de sport automobile. Ce qui veut dire que ça ne touche pas tous les gamers. Les similitudes des deux domaines sont les principales limites : territoire, connaissances, valeurs, ambassadeurs du milieu de l’automobile, etc.

Bien que le simracing soit supporté par les grandes institutions mondiales du sport automobile, cela ne suffit pas pour que les audiences soient importantes.

 

Ainsi, les constructeurs automobiles s'associent au jeu esport avec plus d’audience, et ce, dans le monde entier : League of Legends, Counter-Strike, etc. 

Kia devient alors le partenaire majeur de la LEC (League of Legends European Championship). Nissan sponsorise le joueur professionnel de Counter-Strike : Global Offensive ‘’ FaZe Clan ‘’. Renault se lance en partenariat avec la Team Vitality. Mercedes est partenaire officiel des Worlds de LoL 2020, etc., etc.

Grâce à ses investissements, ces clubs ont levé plusieurs dizaines de millions de dollars en deux ans et les constructeurs touchent des cibles jeunes et engagées.

 


 

Le sport automobile a sa place dans l’esport, seulement, s’il veut durer dans le temps et augmenter ses audiences, il va donc devoir se trouver une discipline reine, mais aussi un modèle économique pérenne.

 


Sources : 

https://fr.motorsport.com/f1/news/leclerc-twitch-montrer-vrai-moi-divertir/4783766/

https://www.autoplus.fr/evenement/f1-esports-virtual-grand-prix-series-de-l-esport-pour-remplacer-les-courses-233490

https://hubinstitute.com/2019/marketing/tendances-esport-automotive-FIA-Granturismo-simracing-thomasgavache

https://www.auto-moto.com/actualite/sport/sport-auto-lesport-a-la-rescousse-238766.html

 

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee