Rejouer à un jeu déjà terminé

Rejouer à un jeu déjà terminé

Rejouer à un jeu déjà terminé

Il vous est peut-être arrivé de relancer un jeu, souvent relativement ancien, alors que vous aviez déjà fini ce dernier. Je ne parle pas ici de revenir sur un jeu dont la trame principale a été complétée, mais dont les missions annexes n’ont pas encore été jouées. Ce constat s’applique à des jeux dont vous avez fait le tour, qui n’ont plus d’objectifs à proposer, mais qui pour une raison ou une autre, vous rappellent depuis le fond de votre bibliothèque, qu’elle soit virtuelle ou non. Je possède beaucoup de jeux, dont beaucoup que je n’ai toujours pas commencé, et d’autres que je n’ai toujours pas finis. Alors, pourquoi revenir sur un jeu déjà terminé ?

La nostalgie

Un des traits majoritaires dans ce cas de figure est la nostalgie. Ressortir une jaquette poussiéreuse d’un vieux meuble, redémarrer une vieille console, se rendre compte qu’il n’y a pas de prise péritel sur sa télé… Ou simplement descendre tout en bas de sa bibliothèque dématérialisée pour y retrouver un vieux jeu, qui ne gère pas la 4K de votre écran 21 pouces. Autant de péripéties qui rendent l’expérience mauvaise d’un point de vue confort de jeu, mais si bonne d’un point de vue émotionnel. La nostalgie est à son oeuvre.
Fan de la saga Star Wars, j’ai eu l’occasion étant petit de jouer à Star Wars : Rogue Squadron. Pas question d’y jouer à la manette et encore moins au clavier, on m’y a formé sur joystick !

Image d'un joystick
Joystick pour pilotage

Pris d’une soudaine envie d’y rejouer, je l’ai récemment relancé. Lancement du jeu, écran titre LucasArts, musique typique des années 2000 et graphismes d’une autre époque, les frissons sont garantis. Pourtant, je n’y aurais joué que 2 minutes, les contrôles étant imbuvables, même après quelques essais pour rattraper le coup. Cependant, l’expérience est si bonne, que je referai ce voyage dans le temps, un jour. Armé de plus de patience, je trouverai un moyen de régler correctement le jeu afin de pouvoir y rejouer.

Un jeu comme référence

Il vous arrivera peut-être aussi de relancer de vieux jeux, car ils sont une icône pour un certain type de joueurs. Par exemple, pour beaucoup, et malgré son âge avancé, Quake reste une référence dans le monde du First Person Shooter (FPS). Ainsi, même si de récents jeux font la part belle au genre du FPS, certains joueurs resteront fidèles à des jeux plus anciens, car ceux-ci sont l’incarnation même de ce qu’est devenu un genre en particulier. Le même parallèle peut être fait avec la saga DOOM, dont les premiers opus possèdent encore et toujours un base de joueur actifs, bien que DOOM Eternal soit très récemment sorti.

L’ennui

Un autre facteur pouvant pousser les gens à revenir vers des jeux plus anciens n’est autre qu’un ras-le-bol de jouer toujours aux mêmes jeux. Pour ma part, j’alterne souvent entre un jeu solo et des jeux multijoueurs. Le premier me permet de vivre une histoire et de réaliser quelques quêtes annexes de temps à autre, quant aux derniers, ils me permettent de jouer avec mes amis et de passer du temps à parfaire mes compétences pour monter en niveau. Ainsi, je change souvent de jeu, mais le panel auquel je joue reste limité. Il arrive donc qu’après un profond ennui de jouer toujours aux mêmes jeux, j’ouvre ma bibliothèque de jeu, j’use de ma molette pour aller au fin fond de celle-ci, puis je remonte jusqu’à trouver LE jeu qui me donne le plus envie de briser cette monotonie.

Un défi personnel

Il m’est aussi arrivé de relancer un vieux jeu pour relever un défi personnel. Afin de correctement l’expliquer, plaçons un peu de contexte.

Soldat de Call Of Duty : Modern Warfare 2
Concept art tiré du jeu Call Of Duty : Modern Warfare 2

Peu de temps après sa sortie, j’ai eu la chance de jouer au très bon Call Of Duty : Modern Warfare 2. Mon support de jeu de l’époque étant une Playstation 3, j’y ai joué à la manette. Je me rappelle avoir fini la campagne en difficulté commando, les différents niveaux étant : Recrue > 2nd classe > Commando > Vétéran. Une fois celle-ci découverte et terminée une première fois, je n’ai pas tardé à la relancer au niveau de difficulté Vétéran. Mon objectif était clair, je voulais terminer la campagne dans sa difficulté la plus haute afin de la considérer comme complétée. Non sans soucis, je suis arrivée au bout de mes peines et j’ai par la suite relancé une troisième fois la campagne pour aller chercher tous les éléments de renseignements. Ces éléments sont disséminés dans toute la campagne et bien cachés dans les recoins sombres de la quasi-totalité des missions. Pour me faciliter la tâche, j’avais démarré la campagne en difficulté recrue, n’hésitant pas à gambader au milieu des ennemis qui n’arrivait pas à me toucher. Une fois tous les éléments récupérés, la campagne avait offert l’entièreté de son contenu. Je me suis donc par la suite tourné vers les Opérations spéciales - un mode de jeu jouable en coopération et offrant de nouvelles missions à compléter - et le multijoueur.
Revenons-en au sujet : le défi personnel. Jouant dorénavant principalement sur PC, j’ai troqué la manette pour un clavier et une souris. Or jouer à un FPS à la manette et au clavier/souris n’est pas du tout la même paire de manches. Il faut se réhabituer aux nouveaux contrôles et aux nouvelles touches, le clavier possédant plus de boutons, mais ceux-ci étant à la portée d’une seule main. Le tout rend la tâche plus difficile à une néophyte, la manette étant beaucoup plus simple à prendre en main à mon sens. Nous y voilà, mon défi personnel était de refaire la totalité de la campagne (sans les éléments de renseignements) en difficulté Vétéran, mais cette fois-ci au clavier et à la souris.

Des occasions particulières

Il peut aussi vous arriver de rejouer à certains de vos jeux à des occasions particulières, telles qu’une après-midi avec des amis vous rendant visite, l’occasion rêvée pour jouer à vos jeux en multijoueur local. Il peut même arriver de ressortir une vieille console d’un placard pour de telles occasions. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dépoussiéré ma Wii et où je suis allé chercher des piles pour redonner vie à mes Wiimotes et mes Nunchuks et ainsi pouvoir jouer à Super Smash Bros. Brawl.

Les adeptes de speedrun - une discipline qui consiste à finir un jeu le plus rapidement possible - auront aussi plus d’une fois ressorti des jeux déjà finis. Car même si le jeu a été fini plus d’une fois, il faut y jouer, encore et encore, afin d’optimiser le temps de jeu sur chaque épreuve.


 

Les raisons qui nous poussent à rejouer à un jeu qui n’a plus d’objectifs propres à proposer sont nombreuses. Celles que je vous ai partagées me parlent beaucoup, mais cette liste est loin d’être exhaustive ! Nous en avons peut-être en commun et je vous invite à parler de celles qui vous viennent à l’esprit que vous n’avez pas retrouvé ici !

 


 

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rejouabilit%C3%A9

https://nofrag.com/2018/09/26/122290/

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

LuckyiD
LuckyiD

Force Wielder. Animus Enthusiast. Movie Fan. Science Lover.