Stop aux préjugés #1

Stop aux préjugés #1

Stop aux préjugés #1

Je joue depuis très longtemps aux jeux vidéo, principalement à des jeux multijoueurs, et j’ai pu me rendre compte au fil de mes sessions que de nombreux préjugés et stéréotypes existent sur ces jeux. Voici donc une série d’article prénommée “Stop aux préjugés” dans laquelle je vais essayer de mettre en avant les différents préjugés et stéréotypes que j’ai pu rencontré !

Lorsque l’on joue en équipe, quelque soit le jeu, il est généralement voulu que les joueurs aient chacun une classe particulière. Étrangement, je me suis rendue compte que pour la plupart des gens, une fille qui joue à un jeu de ce genre doit obligatoirement avoir un rôle de soutien dans l’équipe (que ce soit en tant que support, soigneur, ou autre, en fonction des jeux). J’ai voulu mener mon enquête pour comprendre d’où peut venir ce stéréotype en allant à la rencontre des joueurs et des joueuses de différents jeux.

League of Legends (et autres MOBA)

Je pense que c’est au sein de ce type de jeu que le “cliché” de la joueuse qui ne joue que support est le plus présent. En essayant de comprendre pourquoi c’était le cas, je me suis renseignée auprès de la communauté et j’ai pu voir qu’il y avait un certain nombre d’opinions diverses et variées.

En tant que joueuse, il est vrai que j’ai commencé à jouer à League of Legends en tant que support, tout simplement parce que ce sont des amis de mon collège qui m’y ont initiée. Et quoi de mieux pour commencer à comprendre les principes de base que de jouer sur la voie du bas qui est faite pour deux joueurs : un ADC et un support. J’ai donc commencé à jouer support avec un de mes amis qui était ADC, cela m’a permis de comprendre les mécaniques de base du jeux ainsi que les objectifs et les stratégies à développer. Puis j’ai voulu jouer seule et j’ai commencé à jouer à d’autres postes, notamment sur la voie du haut avec Volibear (parce que je suis fan du personnage de Iorek Byrnisson dans la trilogie “À la Croisée des Mondes” de Philip Pullman).

Ce parcours là, nous sommes nombreuses à l’avoir. Et même si la plupart des témoignages que j’ai pu recueillir sont semblables au mien, il ne faut pas non plus en faire une généralité. Une ancienne streameuse britannique (qui souhaite garder l’anonymat) m’a raconté qu’elle a commencé à stream lorsqu’elle jouait support (uniquement Janna, Lulu, Nami et Sona). Au début elle ne jouait qu’avec des amis proches à elle et puisqu’il se connaissaient tous, ils leur arrivaient de s’offrir des skins de temps à autres. Les personnes regardant le stream ont tout simplement commencé à l’insulter et à la harceler en lui disant qu’elle profitait du fait qu’elle soit une femme et qu’elle jouait support pour recevoir des skins gratuitement. Elle s’est faite insulter et a été considérée pour une E-girl. Elle a donc décidé d’arrêter les lives et a suspendu toute présence sur les réseaux sociaux pendant quelques temps. Lorsqu’elle a tout repris, elle a décidé de jouer sur la voie du milieu. Mais son retour a été très mal pris, elle s’est faite insulter encore une fois parce que je cite “Une femme ça ne doit jouer que Support parce que c’est son rôle”. Après cela, elle a décidé d’abandonner et de ne jouer que pour elle. Depuis ce jour, elle a effacé toute présence sur les réseaux sociaux et ne souhaite plus revenir dans le monde du streaming.

Et les personnes suivant cette manière de penser sont malheureusement nombreuses, lors de ma récolte d’avis, j’ai pu tomber sur des petites perles sexistes de joueurs masculins.

“It varies on person a lot, but female are naturally more protective as they stay with their children”
Cela dépend beaucoup des personnes, mais les femmes sont naturellement plus protectives puisqu’elles restent avec leurs enfants.

Ainsi, selon cette personne, les femmes joueraient support parce que ce serait dans leur nature et surtout parce qu’elles restent avec leurs enfants. Pour d’autres, le stéréotype que j’ai évoqué n’existerait tout simplement pas ou serait encore un “meme”. D’autres encore estiment que c’est forcément le cas puisque, d’après eux, support est un rôle très facile et c’est tout simplement parce que je cite “les femmes sont moins douées aux jeux vidéo et ont moins de réflexe”. Ce genre de propos ne reflètent en aucun cas la pensée de tous les joueurs de League of Legends.

En effet, certains joueurs (joueuses comprises) expliquent qu’ils préfèrent jouer support parce qu’ils aiment avoir le sentiment d’être utile à l’équipe sans forcément tuer beaucoup d’ennemis, la satisfaction viendrait donc dans le sentiment. Après il faut savoir que comme dans beaucoup de domaines, certaines femmes se créent un complexe d’infériorité et ne se sentent donc pas légitimes de jouer d’autres postes que celui de support étant donné que c’est souvent par celui-ci que les joueurs débutent.

Si l’on se base sur des faits d’actualité de la scène esport, nous pouvons parler du match opposant l’équipe Rox à l’équipe Vaevictis Esports, 100% féminine. Durant la phase de draft (qui consiste à bannir des champions que l’on ne veut pas voir en jeu), l’équipe Rox a banni uniquement des supports. Cela aurait-il été pareil face à une équipe masculine ou mixte ? Malheureusement je ne pense pas au vu de tout ce que j’ai évoqué plus tôt.

Overwatch (et autres FPS)

Ce stéréotype revient aussi dans les jeux comme Overwatch. Bien qu’il ne s’applique pas à tous les FPS mais plus aux jeux comme Overwatch, Paladins ou encore Gigantic (et bien d’autres), nous retrouvons aussi ce type de stéréotype.

Pour le coup, j’ai personnellement très peu joué à ce genre de jeu, toutefois j’admets que lorsque j’ai commencé Overwatch, je jouais uniquement avec le personnage de Soldat 76 avant de découvrir Ange. Je suis moi même rentré dans ce “cliché” du main Mercy (le nom d’Ange en anglais) mais j’ai très vite arrêté étant donné que je n’ai pas vraiment accroché à l’univers d’Overwatch.

En faisant mes recherches, je suis tombée sur un sujet Reddit d’une personne ayant fait une thèse sur “La culture des joueurs par rapport aux perceptions culturelles traditionnelles, et les implications sociétales sur la croissance de l’E-sport” qui posait la question de “Pourquoi il y a autant de joueuses qui jouent Ange ?”. Et les témoignages présents sont assez semblables que pour League of Legends. Les joueuses sont venues sur le jeu avec des amis, qui leur ont montré les mécanismes de base du jeu et quoi de plus simple que d’apprendre le jeu au travers d’un soigneur (surtout que dans mes souvenirs, quasiment personne ne choisissait de soigneur). Mais comme expliqué dans la partie précédente, certains joueurs possèdent les mêmes réserves quant aux rôles des femmes au sein de ce jeu. Certains disent même que les joueuses jouant un soigneur ont plus de chances de se faire “booster” lors des matchs classés sur Overwatch, ce qui pousserait certains joueurs (et joueuses) à être très peu aimable lors des matchs (puisqu’Overwatch propose un chat vocal directement en jeu pour tout le monde). Et comme pour League of Legends, de nombreuses joueuses sont plus à l’aise sur d’autres personnages plus “tanky” qui sont là pour faire des dégâts et non pas uniquement soigner des gens. De nombreux joueurs sont, quant à eux, très à l’aise avec des personnages qui sont là pour soigner ou autre.

World of Warcraft (et autres MMORPG)

Étrangement, dans les MMORPG comme World of Warcraft, ce stéréotype n’existe presque plus. Même s’il est vrai que 33% des femmes préfèrent jouer un soigneur, 77% des joueuses se sentent plus en confiance dans d’autres rôles. La mentalité présente sur les MMORPG a quand même bien plus évolué que sur d’autres jeux et il en va de même pour la maturité et l’âge moyen des joueurs, ces derniers préférant ne pas se concentrer sur le genre des joueurs mais davantage sur leurs capacités.

Personnellement, lorsque j’ai commencé à jouer à des MMORPG j’ai toujours eu tendance à choisir des personnages très bourrins en prenant pour la plupart du temps des personnages masculins. Avec le recul, le fait de ne pas prendre de personnages féminins a été, je pense, une volonté de ma part de “cacher” le fait que je sois une femme pour ne pas me faire harceler / stalker par la suite. Mais au final, je pense que j’ai pu faire les meilleures rencontres sur ce genre de jeux, sans avoir eu de problèmes conséquents, même en ayant mis en avant le fait que je sois une femme.

Mais comme pour les parties précédentes, la majorité des témoignages que j’ai pu lire proviennent de femmes qui ont été invitées à jouer à ce genre de jeu par leur partenaire amoureux (plus de 64% des joueuses selon une étude de Journal of Communication publiée en 2009). Une plus faible partie ont été invitées à y jouer par des amis et une autre très faible partie par elles-même, simplement par curiosité. Au sein des MMORPG on retrouve une certaine forme de bienveillance envers les femmes, ce qui réduit considérablement l’importance de ce stéréotype qui fait doucement rire la majorité de la communauté MMORPG. Pour eux, chaque joueur ou joueuse a une réelle importance et ce, quelque soit le rôle joué.

Comment peut-on expliquer ce stéréotype ?

Il faut savoir que depuis toujours nous avons été habitués à une certaine vision des choses. Cette vision piège notre cognition qui représente l’ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problème, la prise de décision, la perception ou l'attention.

Nous avons été habitués, à tort, notamment à cause du “Gender Marketing” que les garçons aiment les voitures, les dinosaures et le bleu tandis que les filles aiment les poupées, la dînette et le rose. De même lors d’événements tragiques, les femmes ont souvent été présentes en tant qu’infirmières pour soigner les soldats blessés lors des combats. Mais certains gardent encore une vision de la femme au foyer qui s’occupe des enfants et de la cuisine, c’est une vision très réductrice de la femme que, à mon plus grand regret, beaucoup partagent encore. Mais aussi au sein même des jeux vidéo, par la représentation des personnages féminins (sexualisées ou non, là n’est pas la question) qui influent sur le choix des joueuses en leur proposant des idéaux féminins, des exemples, voire des modèles. Beaucoup pensent que puisque les jeux vidéo ont d’abord été adressés aux garçons, les filles seraient par défaut nulles et joueraient à raison des supports/soigneurs. Mais dans ce cas, que dire des joueurs professionnels masculins jouant ces mêmes rôles ? Seraient-ils nuls aux jeux vidéo ?

Ainsi le stéréotype de la joueuse qui joue uniquement un rôle de support / soigneur, semble venir de ce biais cognitif que nous avons tous. C’est donc à nous, en tant que joueuse ou joueur, de mettre fin à ce stéréotype. Comment ? En arrêtant tout simplement de propager cette idée qu’une joueuse joue uniquement support/soigneur, quelque soit le type de jeu et d’être plus ouvert d’esprit ou de faire preuve de plus de maturité à l’exemple des joueurs de MMORPG.

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

Noëlie
Noëlie

Lorem ipsum